Coleslaw à la coréenne

Cette recette est un autre truc que j’ai appris grâce à mon ami Lionel qui est très fort, mais de son propre aveu, il l’a d’abord entendu en écoutant On va déguster. En tout cas, c’est un très bon passeur de savoirs.

L’avantage de la recette est qu’elle dure 15 minutes montre en main, qu’elle peut être pimpée comme vous l’entendez (suggestions de modif’ en fin d’article), qu’elle est assez légère, et qu’elle est très bonne. Elle peut se suffire à elle-même, ou servir d’accompagnement. Je la mange souvent accompagnée de riz, mais je l’ai également déjà servie avec des baby back ribs, et je suis sûr qu’avec un poisson blanc, ça marcherait pas mal.

Stricto sensu, ça n’est ni une coleslaw, ni coréen. J’ai appelé ça coleslaw parce que c’est une salade de chou cru, surtout. Et « à la coréenne » par ce que ce plat peut évoluer en une sorte de kimchi, si on lui laisse le temps. Mais bon, voilà, on est pas là pour se formaliser, si ce n’est sur la couleur du chou, qui doit être blanc, comme le rappelle Matty Matheson dans sa recette de lobster rolls pour Munchies.

Lire la suite

Baba ganousch

Le baba ganousch est un plat originaire d’on ne sait trop où exactement, comme beaucoup de trucs immémoriaux comme le vin et toutes ces choses. Ce dont on est sûr, c’est qu’il est originaire du Proche ou du Moyen-Orient, ce qui est aussi précis que dire qu’un événement a eu lieu au Moyen Âge.

Le baba ganousch est un plat à base d’aubergines, c’est très bon, et c’est tout ce qui compte. Notez que la recette présentée ici est une interprétation que je dois à mon ami Lionel qui est bien meilleur cuisinier que moi. Traditionnellement, le baba ganush est une sorte de purée d’aubergine avec du tahini et d’autres trucs. Là, c’est plus une salade molle et délicieuse. On peut associer les mots « molle » et « délicieuse » seulement lorsque l’on parle de cette recette de baba ganush.

En illustration de l’article, je voulais intégrer un clip de Baba O’Riley des Who, pensant naïvement jusqu’ici que le morceau s’intitulait Baba Ganush. Mais comme ça n’est manifestement pas le cas, je partage le super documentaire Crossing the Bridge – The Sound of Istanbul, qui traite des scènes musicales stambouliotes du milieu des années 2000. Parce qu’Istanbul est en Turquie, que la Turquie fait partie du Proche ou Moyen-Orient, et que j’ai pas à me justifier, merde, c’est mon blog à la fin.

Lire la suite

Chips de shiitake

Dans un épisode de la première saison de la série documentaire Mind of a Chef, David Chang expérimente un truc avec un de ses collègues. A savoir : récupérer la merde qui remonte à la surface de son bouillon lorsqu’il prépare des ramen, pour en faire des chips à l’umami de dingue. Ayant un reste de shiitakes séchés réhydratés après plusieurs heures de cuisson – pour faire le bouillon du naengmyeon – j’ai tenté la même chose.

Comme je trouve pas de vidéo de la séquence sur l’Internet libre et mondial, je vous partage cet autre moment avec David Chang :


Lire la suite

Naengmyeon

Le naengmyeon est une spécialité coréenne, originaire de la région de Pyongyang. Principalement consommée en été, elle consiste en un bouillon froid (généralement de boeuf) dans lequel trempent des nouilles préparées à base de farines de sarrasin, de patate douce, de blé et/ou de pomme de terre. Le plat est servi avec divers accompagnements (concombre, nashi, oeuf dur…). C’est un plat roboratif et très rafraîchissant. Au moins une chanson lui a été consacrée :

Lire la suite