Baba ganousch

Le baba ganousch est un plat originaire d’on ne sait trop où exactement, comme beaucoup de trucs immémoriaux comme le vin et toutes ces choses. Ce dont on est sûr, c’est qu’il est originaire du Proche ou du Moyen-Orient, ce qui est aussi précis que dire qu’un événement a eu lieu au Moyen Âge.

Le baba ganousch est un plat à base d’aubergines, c’est très bon, et c’est tout ce qui compte. Notez que la recette présentée ici est une interprétation que je dois à mon ami Lionel qui est bien meilleur cuisinier que moi. Traditionnellement, le baba ganush est une sorte de purée d’aubergine avec du tahini et d’autres trucs. Là, c’est plus une salade molle et délicieuse. On peut associer les mots « molle » et « délicieuse » seulement lorsque l’on parle de cette recette de baba ganush.

En illustration de l’article, je voulais intégrer un clip de Baba O’Riley des Who, pensant naïvement jusqu’ici que le morceau s’intitulait Baba Ganush. Mais comme ça n’est manifestement pas le cas, je partage le super documentaire Crossing the Bridge – The Sound of Istanbul, qui traite des scènes musicales stambouliotes du milieu des années 2000. Parce qu’Istanbul est en Turquie, que la Turquie fait partie du Proche ou Moyen-Orient, et que j’ai pas à me justifier, merde, c’est mon blog à la fin.

Ingrédients (à la louche) :

  • Des aubergines. Les choisir fermes et avec le moins de pépins possible (demandez ça à la personne qui vous les vend), parce que c’est une galère à retirer, les pépins d’aubergine, ça ressemble à des sacs d’oeufs de poisson dégueulasses, et que ça a une texture dont on a pas besoin dans le baba ganush. Là, j’en ai 3.
  • De la bonne huile d’olive.
  • De l’ail frais (important – faut vraiment pas que les gousses soient trop vieilles). 3 gousses.
  • Du sel.
  • Du poivre.
  • Un citron non traité
  • Optionnels : de la coriandre fraîche, du persil plat, de la fleur de sel.

Étapes de la recette

  1. Faire griller les aubergines. Avec un barbecue, la flamme du gaz, un chalumeau, le grill du four… démerdez-vous. L’idée est de faire brûler la peau en commençant le processus de cuisson de la chair des légumes.
  2. Emballer les aubergines grillées dans du papier aluminium. Elles continueront à cuire avec la chaleur résiduelle.
  3. Lorsque les aubergines sont tièdes, les éplucher (en veillant à retirer le moins de chair possible, quitte à laisser un peu de peau), retirer les éventuels pépins. Verser le jus rendu par les légumes dans le récipient que vous allez utiliser pour le mélange. Découper la chair des aubergines en bandes, dans la longueur du légume, un peu comme du Ficello™. Placer la chair dans le récipient.
  4. Ajouter l’ail haché (pas trop fin, pour jouer sur les textures), l’huile d’olive, le zeste du citron, et assaisonner de sel/poivre au goût. Ajouter éventuellement un peu de jus de citron.
  5. Servir à température ambiante, sur du pain grillé, éventuellement parsemé de fleur de sel, de coriandre ou de persil, ou de tout ça à la fois. Manger.

Le Storify de la recette (que je peux pas intégrer directement dans l’article parce que WordPress.com pue) : CLIQUEY.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s