Semoule de chou-fleur

Même si on est encore en automne, dans nos têtes, on est déjà en hiver, pas vrai ? Le chauffage a été redémarré, on porte des polaires et ce genre de choses, les stories Instagram de raclettes ont pris la place de celles avec des tenues d’Halloween. On se les gèle.

Ca signifie donc que c’est le grand retour des plats mijotés, des soupes et des légumes racines. C’est pour cette raison que je vous propose aujourd’hui une recette végane crue sans légume racine. Parce que.

Ingrédients pour 2 personnes ? 4 personnes ? La vérité, je me suis enfilé le truc à moi tout seul, donc ça peut marcher pour 1 personne aussi

  • Un chou-fleur frais. Donc ferme.
  • Un citron jaune. Et pas un critron comme j’allais l’écrire.
  • De l’huile d’olive
  • Du cumin, en graines si possible, mais en poudre, ça marchera aussi.
  • Du sel, du poivre
  • Optionnel : des graines de courge. J’en ai mis parce que ça traînait, mais c’est pas grave si vous en avez pas.

Les étapes de la recette

  1. Râper le chou : (et non pas gâter le coin). Lavez le chou-fleur, retirez les feuilles, et séparez la têtes en gros fleurets. Ca sera plus maniable, et vous aurez moins de gaspillage. Saisissez-vous d’un fleuret, puis à l’aide de la partie fine de la râpe Ikea que vous possédez depuis 13 ans, râpez les sommités du fleuret. Une fine pluie de semoule de chou-fleur tombe alors. Vous aurez évidemment pris soin de placer un saladier sous la râpe, sinon quoi ça va être vla le dawa à nettoyer après, votre cuisine. Arrêtez de râper quand la sommité ne ressemble plus qu’à un petit tronc d’arbre nu. Répétez l’opération avec les autres sommités, et faites attention à vos doigts. Et ne jetez pas les troncs d’arbres nus ! Ils se congèlent très bien, et iront plus tard enrichir une soupe de légumes, par exemple.

  2. Assaisonner : Vous avez à présent une bonne quantité de semoule de chou-fleur. Applaudissez-vous ! Voilà… encore quelques secondes… Voilà ! Maintenant qu’on a bien applaudi, assaisonnez-moi tout ça. C’est à l’oeil et au goût, hein, mais bon : 2 pincées de sel, une pincée de poivre, 2 cuillères à soupe de jus de citron, 5 ou 6 cuillères à soupe d’huile d’olive, du cumin (ou toute autre épice terreuse, en fait, comme le carvi ou le curcuma) comme vous voulez. Pour une touche plus snobe et ajouter une texture croquante supplémentaire, ajoutez enfin 2 cuillères à soupe de graines cheloues (ici, des graines de courge, mais noisettes concassées ou des graines de tournesol feront très bien le taf). Et mélangez-moi tout ça, enfin !

    P1190489

  3. Manger : Seul, comme plat unique frais. On en accompagnement d’une protéine légère (poisson blanc poché, blanc de volaille grillé).

Je profite de cette tribune qu’est mon blog pour vous parler de LA GROSSE BOUFFE, un podcast mensuel dédié à la nourriture et à la boisson – et à ce que ça dit de nos sociétés. J’ai la chance de l’animer avec mon ami Bertrand, qui s’y connaît bien plus que moi en vin parce qu’il a un énorme problème d’alcoolisme. Il y a déjà 3 épisodes de sortis.

Les nouveaux épisodes sortent le 21 mois. Vous retrouverez LA GROSSE BOUFFE sur iTunes et sur Soundcloud et tous les autres agrégateurs de podcasts. Alors abonnez-vous et lâchez vos comm’, ça serait bien urbain smiley clin d’oeil !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s