Ratatouille niçoise du vivre ensemble

QUOI ? DEUX RECETTES EN L’ESPACE DE DEUX JOURS ? Bah ouais, j’ai enregistré deux chroniques cuisine cette fois, donc voilà, deux recettes (dont j’espace un peu la publication). La chronique est à écouter sur Les Croissants. D’ailleurs, là, pendant 15 jours, y’a une offre d’abonnement estivale, donc allez-y ! Pourquoi « Ratatouille niçoise du vivre ensemble » me demanderez-vous ? D’abord parce que la ratatouille trouve ses origines en Provence, et plus spécifiquement dans la région de Nice. Ensuite, parce que c’est un plat délicieux et plutôt inclusif, puisqu’il est végan, lactose et gluten free. En outre, c’est un symbole du vivre ensemble, puisqu’on a plein de légumes aux individualités fortes qui sont réunis pour faire un truc encore meilleur. Enfin, parce que nous avons besoin d’apaisement, et la nourriture peut être vectrice de paix et de rapprochement, sinon entre les peuples, au moins entre les individus. Nota : il s’agit de la ratatouille classique, pas du Confit Byaldi présenté dans le film Ratatouille. Pour cette recette, merci de se référer à la vidéo ci-dessous.

Lire la suite

Glaces sans sorbetière

Un jour, je créerai du contenu original pour ce blog, mais pas aujourd’hui (ni demain d’ailleurs), puisqu’une nouvelle fois, il s’agit d’une recette consécutive à une chronique pour Les Croissants (abonnez-vous). Dans cette chro, je parle de glaces à faire chez soi quand on ne dispose pas de sorbetière (ce qui était le cas de l’appartement où je vis jusqu’à il y a 3 jours). Et donc, voici les deux recettes que j’y livre. Et la photo qui sert de bannière à l’article est vraiment dégueulasse.

Lire la suite

Semoule de chou-fleur

Même si on est encore en automne, dans nos têtes, on est déjà en hiver, pas vrai ? Le chauffage a été redémarré, on porte des polaires et ce genre de choses, les stories Instagram de raclettes ont pris la place de celles avec des tenues d’Halloween. On se les gèle.

Ca signifie donc que c’est le grand retour des plats mijotés, des soupes et des légumes racines. C’est pour cette raison que je vous propose aujourd’hui une recette végane crue sans légume racine. Parce que.

Lire la suite

Chips de peau de pomme de terre

Notre planète se meurt. C’est triste. Mais bon, ça veut pas dire qu’on peut pas essayer de faire des trucs pour ralentir ce processus. Surtout que je suis le parrain d’une petite Nina depuis maintenant 4 jours, et que ça serait sympa de lui laisser une planète. Pas forcément plus propre. Juste une planète quoi. Parce qu’on a vu ce que ça donne, la vie sur pas de planète dans Battlestar Galactica. DONC voici une recette anti-gaspi qui, si elle ne sauve pas la planète, limite les dégâts, et est bien bonne. Car qui n’aime pas les chips ?

L’invention des chips remonte à l’époque où, c’est bon, on mange à peu près des patates partout dans le monde, donc vers la moitié du XIXe siècle. Elles sont les petites soeurs des frites, car avant de faire frire des rondelles de pomme de terre fines, l’être humain, pas fou et assez flemmard, s’est d’abord contenté de les couper en bâtonnets.

La recette de chips présentée ici, en plus d’être anti-gaspi, est techniquement aussi plutôt healthy et végane. Après, comme on le verra, on peut très facilement la rendre beaucoup moins healthy et végane.

Lire la suite

Coleslaw à la coréenne

Cette recette est un autre truc que j’ai appris grâce à mon ami Lionel qui est très fort, mais de son propre aveu, il l’a d’abord entendu en écoutant On va déguster. En tout cas, c’est un très bon passeur de savoirs.

L’avantage de la recette est qu’elle dure 15 minutes montre en main, qu’elle peut être pimpée comme vous l’entendez (suggestions de modif’ en fin d’article), qu’elle est assez légère, et qu’elle est très bonne. Elle peut se suffire à elle-même, ou servir d’accompagnement. Je la mange souvent accompagnée de riz, mais je l’ai également déjà servie avec des baby back ribs, et je suis sûr qu’avec un poisson blanc, ça marcherait pas mal.

Stricto sensu, ça n’est ni une coleslaw, ni coréen. J’ai appelé ça coleslaw parce que c’est une salade de chou cru, surtout. Et « à la coréenne » par ce que ce plat peut évoluer en une sorte de kimchi, si on lui laisse le temps. Mais bon, voilà, on est pas là pour se formaliser, si ce n’est sur la couleur du chou, qui doit être blanc, comme le rappelle Matty Matheson dans sa recette de lobster rolls pour Munchies.

Lire la suite

Baba ganousch

Le baba ganousch est un plat originaire d’on ne sait trop où exactement, comme beaucoup de trucs immémoriaux comme le vin et toutes ces choses. Ce dont on est sûr, c’est qu’il est originaire du Proche ou du Moyen-Orient, ce qui est aussi précis que dire qu’un événement a eu lieu au Moyen Âge.

Le baba ganousch est un plat à base d’aubergines, c’est très bon, et c’est tout ce qui compte. Notez que la recette présentée ici est une interprétation que je dois à mon ami Lionel qui est bien meilleur cuisinier que moi. Traditionnellement, le baba ganush est une sorte de purée d’aubergine avec du tahini et d’autres trucs. Là, c’est plus une salade molle et délicieuse. On peut associer les mots « molle » et « délicieuse » seulement lorsque l’on parle de cette recette de baba ganush.

En illustration de l’article, je voulais intégrer un clip de Baba O’Riley des Who, pensant naïvement jusqu’ici que le morceau s’intitulait Baba Ganush. Mais comme ça n’est manifestement pas le cas, je partage le super documentaire Crossing the Bridge – The Sound of Istanbul, qui traite des scènes musicales stambouliotes du milieu des années 2000. Parce qu’Istanbul est en Turquie, que la Turquie fait partie du Proche ou Moyen-Orient, et que j’ai pas à me justifier, merde, c’est mon blog à la fin.

Lire la suite